Site du secteur Val-de-Bièvre

L'Église catholique

L'Église catholique

en Val-de-Bièvre vous accueille...

en Val-de-Bièvre vous accueille...


Journée mondiale du migrant et du réfugié - 15 janvier 2017

Journée mondiale du migrant et du réfugié - 15 janvier 2017

Extrait du message du Pape François : "Mineurs migrants, vulnérables et sans voix"

« Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé » (Mc9,37 - Lc9,48 – Jn13,20).

Dieu s’est fait l’un de nous, en Jésus il s’est fait enfant… Je tiens à attirer l’attention sur la réalité des migrants mineurs, en particulier ceux qui sont seuls, en demandant à chacun de prendre soin des enfants qui sont trois fois sans défense, parce que mineurs, parce qu’étrangers et parce que sans défense. … Les mineurs paient en premier lieu le prix élevé de l’immigration, provoquée par la violence, la misère et par les conditions environnementales… L’âge de l’enfance, par sa délicatesse particulière, a des exigences uniques et inaliénables : le droit à un environnement familial sain et protégé, le droit et le devoir de recevoir une éducation, le droit de jouer… ils ont, en somme, le droit d’être des enfants.

Comment affronter cette réalité ?

Avant tout, en prenant conscience que le phénomène migratoire n’est pas étranger à l’histoire du salut, bien au contraire, il en fait partie.
Un commandement de Dieu y est lié :
« Tu n’exploiteras pas l’immigré, tu ne l’opprimeras pas, car vous étiez vous-mêmes des immigrés au pays d’Égypte » (Ex 22, 20)

L’Église encourage à reconnaître le dessein de Dieu dans ce phénomène, avec la
certitude que personne n’est étranger dans la communauté chrétienne, qui
embrasse « toutes nations, tribus, peuples et langues
 » (Ap 7,9).

Je confie tous les migrants mineurs, leurs familles, leurs communautés et vous, qui leur êtes proches, à la protection de la Sainte Famille de Nazareth, afin qu’elle veille sur chacun et les accompagne sur leur chemin."

Que faire concrètement ?

70 réfugiés sont hébergés depuis octobre 2015 à Chevilly-Larue.
Venus du Soudan, de l’Érythrée, d’Afghanistan et du Pakistan, majoritairement arabophones -quelques anglophones-, pour eux la priorité est d’apprendre le français en attendant l’examen de leur demande d’asile.

Vous pouvez vous joindre aux paroissiens qui les accompagnent de multiples manières : cours de français, fournitures scolaires, vestiaire (exclusivement homme)...

pour en savoir plus voir