Site du secteur Val-de-Bièvre

L'Église catholique

L'Église catholique

en Val-de-Bièvre vous accueille...

en Val-de-Bièvre vous accueille...


Journée du MCR : le 25 septembre 2014

Journée du MCR : le 25 septembre 2014

Le bonheur dans l’Evangile

avec

Le père Jérôme GAVOIS.

Compte-rendu de Sœur Marie-Thérèse à partir de ses notes.

Qu’est-ce que le bonheur ? Qu’est-ce que Jésus nous en dit dans l’Evangile ?

Dans l’évangile ce mot n’existe pas. Quelques définitions retiennent l’attention :

« le bonheur appartient à celui qui fait des heureux » du Saint Curé d’Ars

et « le bonheur, c’est d’en donner » de François Coppé.

Jésus nous donne les béatitudes déconcertantes : 8 en Saint Matthieu et 4 en Saint Luc avec 4 malédictions ; il nous parle du Royaume de Dieu. Chaque fois, c’est une invitation à sortir de soi-même, à être proche de celui qui est dans le besoin.
Le Seigneur ne nous demande pas de réussir mais d’Aimer. Il nous donne trois commandements :

Aimer le Seigneur,

Aimer son prochain comme soi-même,

Se laisser aimer.

Cela exige une attitude d’ouverture à l’autre pour accepter de recevoir de lui. Jésus va jusqu’à nous demander d’aimer nos ennemis.
Nous avons fait des groupes pour trouver, dans l’Evangile , les personnages qui nous semblaient avoir été heureux, qui ont découvert le bonheur.

Parmi les vieux : Siméon et la Prophétesse Anne qui rencontrent Marie, Joseph et Jésus lors de sa présentation au Temple.

Les Enfants ;

Parmi les étrangers : le centurion au pied de la croix, (vraiment, cet homme était le fils de Dieu), le centurion dont le serviteur a été guéri, la syro-phénicienne, la samaritaine …

Parmi les malades : tous les guéris, en particulier Bartimée et la Veuve de Naïm dont le fils est ressuscité, Marthe et Marie avec la résurrection de leur frère Lazare…

Parmi les pécheurs : Pierre l’apôtre, les publicains Zachée, Matthieu, le bon larron….

Se savoir aimé est un grand bonheur et nous ne le disons pas assez.Le bonheur prend des tournures différentes suivant les jours et aussi dans les évangiles selon les auteurs : Luc et Matthieu parlent du Royaume de Dieu et pour Jean il parle de la vie éternelle.

« Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance ».

« Celui qui croit en moi a la vie éternelle. »et cela déjà sur la terre , dans la vie de tous les jours.

Vivre exige la vie de relation ; être aimé et aimer à son tour ; prendre du recul pour en avoir conscience ; Jésus nous invite à découvrir ce qui est tout simple dans nos vies et qui a du poids : ex : après la mort du Christ, les femmes vont au tombeau pour porter des aromates pour embaumer le corps de Jésus, ça ne sert à rien mais on lui doit … et c’est la rencontre inespérée , elles deviennent les premières à annoncer qu’il est vivant !...Il remarque l’obole de la pauvre veuve et il en parle… A notre tour de nous dire ce qui est beau, bien dans la grisaille des jours, de révéler la vraie vie, comment rester des vivants quand tout s’écroule autour de nous ?

Nous avons ensuite regardé les paroles des chants choisis pour la messe :

Peuples qui marchez dans la longue nuit ;

N’ayons pas peur de vivre au monde, Dieu nous a devancés ;

Un monde meilleur ;

Au cœur de ce monde .

Si l’espérance t’a fait marcher plus loin que ta peur.

Les mots peur, nuit, ténèbres, empêchent d’avancer.

Marcher, chercher le chemin de la vie, le jour va se lever, l’espérance renaît, les énergies nouvelles pointent…

Tout cela est dynamique.

Le Seigneur est toujours prêt à nous rencontrer partout, toujours. L’Eucharistie est un temps privilégié où se renouvelle notre salut, mais aussi dans tout le quotidien de nos vies : sachons découvrir les petits riens de l’existence à partir desquels nous aurons du bonheur, ces passages mort-vie qui nous viennent de l’amour de Dieu.